La nature

Définition :


- Principe de producion qui détermine le changement d'un être selon son type.
- Essence, ensemble des propriétés qui définissent une chose.
- Tout ce qui est inné et spontané.
- Ensemble des fonctions mentales pouvant faire l'objet d'une science (//psychologie)
- Traits distinctifs d'un individu qui caractérisent son tempérament en tant qu'inné.
- Ensemble du règne minéral, végétal et animal considéré comme un tout soumis à des lois. La nature est souvent considérée comme oeuvre et manifestation sur terre de Dieu.


Distinctions :

- Nature # art et technique, qui ne sont pas préposés au changement.

Nature # culture ou raison qui ne sont ni innés ni spontanés.
- Nature # état social/civil, société. Dans cette opposition, l'état de nature est un état hypotétique qui imagine l'homme en dehors de toute civilisation.

Idées clés :


- L'homme s'est longtemps senti comme fils de la Nature, figure maternelle, bienveillante ou au contraire hostile. Chaque fois que l'homme se pose des questions sur la valeur de la civilisation (produit de culture), ou sur lui-même, il se tourne vers la nature, à son origine. L'état de nature dont parle beaucoup Rousseau est un état hypotétique, pour l'auteur, l'homme actuel est un homme devenu, c'est-à-dire empreint de sa culture. Il est donc très difficile, voire impossible, de définir le comportement d'un homme émancipé de toute société. Ses prédecesseurs grecs, au contraire, étaient persuadés que l'homme était naturellement sociable, qu'il était donc voué dès sa conception à vivre avec les autres hommes.
- La perfectibilité de l'homme lui fait rompre le lien avec la nature et le distingue des animaux. Ce mouvement contre-naturel est porteuse de liberté, car elle offre une infinité de possibilités à l'homme.
- Comme le prouvent les expériences sur les enfants sauvages, l'homme peut retourner à un comportement instinctif. Cependant, un homme qui a déjà goûté à la société ne pourra jamais retrouver ce comportement. Il n'y a donc aucun moyen de définir et de délimiter ce qui est part de la culture et ce qui est part de la nature de l'homme.
- Selon Kant, l'éducation est un moyen brutal de soumettre l'enfant aux normes de la société. L'instruction permet au contraire un développement positif de la raison, // humanisation, qui est progressive.

Auteurs à retenir :


- Aristote : Tous les êtres naturels portent le principe de mouvement et de repos (// croissance/décroissance, lieu, altération...). Les objets produits par l'homme, cependant, ne sont pas conditionnés par ce principe, sauf s'ils sont composés d'éléments naturels. La nature est donc un principe, c'est-à-dire un point de départ de la connaissance des choses, elle est également la cause du mouvement et du repos.

- Galilée : L'Univers est un « immense livre » dans lequel l'homme peut accéder à la vérité en comprenant le langage utilisé : la mathématique, seule science permettant de déchiffrer la nature.

- Rousseau : L'homme a pour vocation naturelle d'être un homme, ce qui est plus important que le métier. C'est dans cette optique que l'on doit orienter l'éducation.

- Mill : La Nature est à la fois système entier des choses, avec l'ensemble de leurs propriétés » et les choses telles qu'elles sont sans que l'humain n'y apporte une modification. La Nature s'impose à l'homme par ses lois. Mais l'homme ne doit pas s'y soumettre, il s'agit d'une action irrationelle et immorale. En effet, l'homme est constamment en train de modifier la nature, de plus, il se doit de dominer la nature pour éliminer ses manifestations nocives pour lui. L'homme doit perpétuellement corriger la nature et ne jamais s'y soumettre, pour son propre bien.

- Merleau-Ponty : Chez l'homme, tout est inventé, même les sentiments et les passions. Il s'agit d'institutions, d'habitudes sociales. Il est inséparable de sa nature innée, c'est pourquoi « tout est fabriqué et tout est naturel chez l'homme ».