Acte I

Sc. 1 –
Chimène fait répéter son rapport à sa confidente, Elvire. Celle-ci est allée parler au roi des deux prétendants de la jeune femme, don Sanche et don Rodrigue, sans montrer que Chimène penche pour ce dernier. Le roi semble être favorable à cette union. Chimène craint un revers.

Sc. 2 – L’Infante, personnage excessif, affirme être à l’origine de l’union Chimène/don Rodrigue. Elle s’en informe régulièrement, et manifeste de la peine : elle avoue à Léonor aimer le jeune homme. En réalité, étant consciente de l’impossible union entre lui et elle, elle a jeté Chimène dans ses bras pour éteindre son propre amour. En vain. Combat vertu/passion.

Sc. 3 – Don Diègue, père de don Diègue, est nommé prince de Castille par le roi ; il sera le gouverneur de l’Infant. Frustration, jalousie et sarcasmes du Compte, père de Chimène, qui était promis à ce rang. Dispute : le Compte donne un soufflet don Diègue, qui ne peut se défendre à cause de sa vieillesse.

Sc. 4 – « Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! » Monologue plaintif de don Diègue, qui déplore la perte de sa dignité, après une jeunesse pleine d’exploits.

Sc. 5 – Don Diègue va à son fils réclamer la vengeance. « Meurs ou tue. » ; « Va, cours, vole, et nous venge. »

Sc. 6 – Monologue de don Rodrigue. Dilemme cornélien : l’amour, ou le devoir. Il choisit le devoir envers son père et l’honneur, quitte à en perdre sa maîtresse. Ne pas se venger = être indigne d’elle.

 

Acte II

Sc. 1 – Le roi réclame des excuses de la part du Compte ; celui-ci refuse malgré don Arias qui tente de lui faire entendre raison. Vaniteux, il affirme que le roi ne pourra s’en prendre à lui tant il a besoin de sa présence.

Sc. 2 – Don Rodrigue provoque le Compte en duel. Dialogue piquant : don Rodrigue n’a jamais combattu alors que le Compte n’a jamais été vaincu ; l’un trop téméraire court à sa perte, l’autre trop confiant affirme ne tirer aucune gloire d’une victoire si aisée.

Sc. 3 – Chimène a appris l’affaire par l’Infante, qui tente de l’apaiser. Pour elle, il suffit à Chimène d’ordonner à Rodrigue de ne rien entreprendre pour qu’il s’exécute.

Sc. 4 – Chimène fait appeler un page pour qu’il aille quérir Rodrigue. Le page leur apprend que lui et le Compte sont sortis seuls du château.

Sc. 5 – L’Infante, dans son délire passionné, confie à Léonor qu’elle est à la fois peinée et réjouie de ce revers de situation. Triomphe de la passion sur la vertu : si Rodrigue sort vainqueur de ce duel, il sera un homme très puissant. Se lier à lui sera particulièrement valorisant pour l’Infante.  

Sc. 6 – Don Fernand, le roi, s’indigne de constater que le Compte fait si peu de crédit de ses ordres. Il envoie don Arias l’arrêter. Don Sanche tempère : si on laisse passer quelques temps, le Compte se montrera plus coopératif. Il prend la défense de l’accusé. Le roi persiste. S’attaquer à un homme qu’il a choisit pour gouverner son fils, c’est s’attaquer à lui-même. Les Mores ont paru sur le fleuve près de Séville, le roi demande à ce qu’on double la garde.

Sc. 7 – On apprend la mort du Compte. Regrets du roi.

Sc. 8 – Chimène vient réclamer justice aux pieds du roi. Don Diègue l’accompagne et vient se défendre. Chimène décrit de manière très crue l’état dans lequel elle a trouvé son père : elle réclame, méprisante, la mort de Diègue et Rodrigue. Don Diègue se défend, et tout en se soumettant au châtiment, implore le roi d’épargner son fils, qui n’aurait jamais commis tel acte s’il ne lui avait rien demandé. Délibération à venir.

 

Acte III

Sc. 1 – Rodrigue se présente au château pour offrir sa vie à Chimène. Elvire tente de l’en dissuader, que personne n’aille dire que Chimène tolère la présence de l’assassin de son père dans ses appartements. Rodrigue se cache à l’arrivée de son aimée.

Sc. 2 – Don Sanche, autre prétendant de Chimène, profite de la situation pour lui donner raison. Il se propose d’aller venger sa peine en tuant don Rodrigue. Elle accepte.

Sc. 3 – Chimène confie à Elvire qu’elle brûle toujours pour Rodrigue. Elle craint la mort de celui qu’elle aime, qui provoquerait immanquablement la sienne.

Sc. 4 – Don Rodrigue surgit et offre sa vie à Chimène en lui tendant son épée, celle-là même qui a tué son père. Chimène reconnaît la vertu de Rodrigue, et lui explique qu’à son tour elle doit se montrer digne de lui en le faisant tuer. Elle refuse néanmoins de le tuer de sa main, malgré son insistance. « Va, je ne te hais point. » Elle souligne son amour encore brûlant et lui promet de ne point continuer de vivre après sa mort.

Sc. 5 – Monologue de don Diègue qui, ne trouvant son fils nulle part, craint qu’il ait été tué. Mais Rodrigue apparaît.

Sc. 6 – Rodrigue laisse entendre à son père qu’il a tout perdu par sa faute. Diègue s’indigne, réplique que « l’amour n’est qu’un plaisir, l’honneur est un devoir. » Plutôt que de courir au trépas, il lui demande d’aller conduire une armée contre les Mores qui approchent, et revenir couvert d’honneurs.

 

Acte IV

Sc. 1 – Elvire apprend à Chimène que Rodrigue a fait fuir les Mores et a capturé deux rois ; le peuple le couvre de louanges. Chimène se laisse aller à l’admiration, puis se force à se rappeler qu’elle doit encore se venger de cet homme.

Sc. 2 – Arrive l’Infante qui explique à Chimène qu’au vu de la situation, il est plus sage de ne pas faire tuer Rodrigue. Lui laisser la vie, le priver de son amour.

Sc. 3 – Le roi félicite Rodrigue pour ses exploits. Il le nomme « Cid », et assure qu’il ne le condamnera pas à mort. Rodrigue conte le combat (registre épique).

Sc. 4 – Le récit de Rodrigue est interrompu par l’arrivée de Chimène. Le roi demande à Rodrigue de partir.

Sc. 5 – Le roi fait croire à Chimène que Rodrigue est mort de ses blessures. Chimène pâlit et trahit sa passion. Le roi avoue alors que Rodrigue est encore vivant, et fait comprendre à Chimène qu’il a deviné cet amour. Elle essaie de prouver que son ressentiment est plus fort : s’adressant aux chevaliers entourant le roi, elle promet sa main à qui tuera Rodrigue. Le roi les met en garde : celui qui s’acquittera de cette tâche se fera ennemi de la cour. Don Sanche se porte volontaire. Le roi accepte et demande à don Arias d’être seul témoin du combat : quel que soit le vainqueur, il ordonne que Chimène l’épouse.

 

Acte V

Sc. 1 – Rodrigue paraît aux yeux de Chimène. Il vient lui dire adieu ; il compte laisser don Sanche le tuer. Chimène proteste, tente de le convaincre de se battre en lui rappelant que s’il est vaincu, on lui ôtera sa gloire et son honneur, celui-là même dont la conservation avait motivé le meurtre du Compte. Rodrigue pense le contraire, comme si cette mort allait lui faire mériter d’autres louanges. Chimène le prie de se battre pour la « réduire au silence » et ainsi l’épouser.

Sc. 2 – Monologue de l’Infante qui se lamente de constater qu’entre ces deux ennemis l’amour est toujours aussi fort, alors même que Rodrigue était devenu digne d’elle.

Sc. 3 – Léonor se félicite de cet échec : il n’y a plus d’espoir pour l’Infante, alors son amour finira par s’éteindre. L’Infante consent à laisser Rodrigue à Chimène.

Sc. 4 – Désespoir de Chimène qui ne sait plus quoi penser, ni ressentir. Quelle que soit l’issue du combat, elle aura pour mari un homme qui en aura tué un autre, cher à son cœur. Réprimandes d’Elvire qui lui reproche de ne point se contenter des faveurs du Ciel. Alors qu’elle peut enfin être réduite au silence, et conserver son honneur, elle aimerait qu’il n’y ait aucune issue à ce duel ?

Sc. 5 – Don Sanche revient et lui montre l’épée. Chimène éclate en reproches : « N’espère rien de moi, tu ne m’as point servie. / En croyant me venger, tu m’as ôté la vie. »

Sc. 6 – Chimène va aux pieds du roi confesser son extrême peine. Elle le prie de ne point la contraindre d’épouser Diègue. Le roi lui apprend qu’en réalité, Rodrigue n’est pas mort : Rodrigue a epargné Diègue et lui a demandé de porter l’épée du vainqueur au roi. Chimène s’est trahie. Clémence du roi, qui donne à Rodrigue la main de Chimène.

Sc. 7 – Rodrigue arrive et offre encore sa tête à Chimène. Celle-ci le fait relever. Le roi confirme l’hyménée, et le diffère d’un an. Pendant ce temps, Rodrigue devra encore combattre pour la patrie, et Chimène sécher ses larmes.